Conception, réalisation et installation d’un rideau pour l’exposition « Vision » dans le Saut du Loup au Palais de Tokyo, du 13 au 18 avril 2016. Drap de laine et tulle, 1400 x 390 cm. Paris, Ensci/ANdÉA/Palais de Tokyo.
Réalisé grâce au soutien de Gabriel.

« Vision » est une exposition protéiforme organisée par l’ANdÉA. Elle dresse un état des lieux de la recherche en art et design. L'exposition évolue pendant la semaine, au fil d'ateliers et de performances. Un grand rideau habille la rotonde atour de laquelle s’articule l’espace et isole temporairement des moments de projections, de conférences et des tables rondes. Une longue bande ajourée fait le lien entre les deux espaces et éveille la curiosité des visiteurs.

Vision Vision Vision Vision Vision Vision Vision Vision Vision
Vision (2016)
à propos

Recherches et développement d'un système textile d’aménagement. Extraits du diplôme « Surfaces négociables », dessins et maquettes, dimensions variables. Paris, Ensci.
Réalisé grâce au soutien de Kvadrat.

Composés à partir d’un alphabet de rails succinct, les rideaux permettent de créer des espaces d’intimité autonomes au sein d’espaces plus grands et impersonnels : espaces de travail dans une bibliothèque, cabines d’essayage dans une boutique, lieu de réunion dans un open-space, espace intime de peep-show, etc. La composition horizontale en tulle et drap de laine joue avec différentes hauteurs d’isolation et d’intimité et permet de laisser un jour à hauteur de regard ou d’assise, d’ouvrir un panorama, de dessiner un repère lumineux dans l’espace.

Rideaux Rideaux Rideaux Rideaux Rideaux Rideaux Rideaux Rideaux Rideaux Rideaux Rideaux Rideaux Rideaux Rideaux
Rideaux (2015)
à propos

Conception, réalisation et installation d’un rideau pour « Diplorama », décembre 2016. Drap de laine et tulle, 2500 x 360 cm. Paris, Ensci.
Réalisé grâce au soutien de Gabriel.

L’exposition « Diplorama » donne un aperçu de l’ensemble des diplômes soutenus à l’Ensci pendant l’année. Elle est accompagnée d’une soirée de conférences et d’échanges qui permet à des jeunes diplômés de présenter leurs projets devant un large public.
Dans la cour de l’école, qui est un lieu de travail à l’abord souvent désordonné, cette grande ligne bleue permet de créer une scène et de neutraliser l’espace, afin d’isoler visuellement les conférenciers et l’écran de projection du reste de la cour, de concentrer l’attention et d’offrir une bonne situation d’écoute.

Ridoplama Ridoplama Ridoplama Ridoplama Ridoplama Ridoplama Ridoplama
Ridoplama (2015)
à propos

Recherches et développement pour un miroir à déployer. Extraits du diplôme « Surfaces négociables ». Film polymère tendu sur châssis aluminium, pièces de jonction ABS, 250 x 130 cm. Dessins et collages. Paris, Ensci.
Réalisé grâce au soutien de Like Mirror.

Le miroir s’ouvre et se ferme comme un retable. Ses pans, très légers, se déploient en multipliant les reflets et les points de vue. Lorsqu’il est intégralement ouvert, il offre une très grande surface de réflexion. Sa forme et ses couleurs centrifuges incitent à se déplacer et se voir en mouvement dans l’espace. C’est un reflet qui ne fige pas mais devient pour le temps désiré une scène temporaire. Lorsque le moment est venu, on le referme et il ne renvoie plus aucun reflet.

Miroir Miroir Miroir Miroir Miroir Miroir Miroir Miroir Miroir Miroir Miroir Miroir Miroir
Miroir (2015)
à propos

Recherches et développement de dalles de béton pour l’extérieur. Extrait du diplôme « Surfaces négociables ». Maquettes en plâtre teinté, 60 x 60 cm. Paris, Ensci.

Des dalles monochromes en béton fibré, striées d’un motif identique, jouent avec la lumière. L’orientation de la trame par rapport à la lumière fait apparaitre trois valeurs différentes du motif. Les lignes sont tantôt noires, tantôt blanches, ou disparaissent simplement. Selon la hauteur de la lumière, elles deviennent plus ou moins larges. Cette surface de revêtement changeante et fonctionnelle permet de moduler l’espace. Dans l'espace public, elle délimite des zones au sol, indique un chemin, ou dessine simplement des formes et invite à en contempler les métamorphoses.

Sol Sol Sol Sol Sol Sol Sol Sol
Sol (2015)
à propos

Miroirs en cuivre ou laiton nickelés.
Dimensions variables. Montréal.
Projet réalisé grâce au concours de GG Inc.

Le projet est le résultat d’expérimentations avec un atelier de polissage et de chromage basé dans la banlieue de Montréal.
Les miroirs sont découpés au jet d’eau dans des plaques de laiton et de cuivre, les formes sont polies puis une couche de nickel est partiellement appliquée par électrolyse. La limite entre la matière du support restée apparente et le nickel est irrégulière et donne l’impression qu’on a trempé les miroirs dans un bain argenté.

Nickel Nickel Nickel Nickel Nickel
Nickel (2011)
à propos

Recherches pour un ensemble de couverts. Maquettes en bois de tilleul, dimensions variables. Montréal, Studio Samare.

La ligne des couverts puise son inspiration dans le calme des eaux de la Baie d'Hudson et la sobriété des peintures du Group of Seven, dans les détails des dessins inuits et les outils de la pêche du grand nord canadien.
Les maquettes sont taillées dans des sections de tilleul tendre.

Couverts Couverts Couverts Couverts Couverts Couverts Couverts Couverts Couverts Couverts Couverts
Couverts (2011)
à propos

Sac en cuir végétal et cuir de caribou, 17 x 35 cm.
Montréal, Studio Samare et Denis Gagnon.

La babiche est une technique ancestrale de tressage de lanières de cuir de mouton autrefois utilisée pour la confection des raquettes de neige. Le studio montréalais Samare revalorise ce précieux savoir-faire au travers d’objets et de mobilier haut-de-gamme.
Le mountie bag se suspend à l’une de ces chaises dont il réinterprète le motif avec un patchwork volant de caribou noir, un cuir cher à Denis Gagnon.

Mountie bag Mountie bag Mountie bag
Mountie bag (2011)
à propos

Vase et photophore. Recherches de motifs autour des techniques de tressage de fils métalliques. Fils d’acier et fil d’aluminium, Dimensions variables.
Réalisés dans le cadre d’une résidence de deux mois à Kyôto.

Projet mené avec Émilie Hirayama, grâce à l’expertise de l'atelier Kanaami Tsuji.

Kanaami Kanaami Kanaami Kanaami Kanaami Kanaami Kanaami Kanaami
Kanaami (2014)
à propos

Recherches pour des micro-architectures aquatiques urbaines. Dessins, collages et maquettes, dimensions variables, Paris,
Ensci / Consortium français de l’hydroélectricité.

Trois micro-architectures ponctuent les promenades le long des rivières et permettent de porter une attention particulière à l’eau. Chacune d’elle fonctionne grâce à la force motrice de l’eau et en amplifie les qualités naturelles. Leur proportions, leurs pieds et le revêtement en tuiles de bardeaux leur donnent des allures de bestiole amphibies qui font le lien entre les passants sur la berge et l'eau en contrebas.

Waterpower ! Waterpower ! Waterpower ! Waterpower ! Waterpower ! Waterpower ! Waterpower ! Waterpower ! Waterpower ! Waterpower ! Waterpower ! Waterpower ! Waterpower ! Waterpower !
Waterpower ! (2012)
à propos

Vidéo, maquettes en carton et papiers collés, 1’11’’. Paris, Ensci.

Tilt est une série d’une dizaine de maquettes de principe compilées dans un court film. Elles sont le résultat de recherches autour de l’inattendu et de la manière dont un objet suscite et aiguise l’attention de celui ou de celle qui le manipule. Leurs formes résultent des mécanismes qu’elles dissimulent. Les boutons sursautent, avec excès parfois, les manivelles s’emballent, vont et contreviennent, des antennes surgissent. Elles sont une série d’idées en gestation, mécaniques et lentes, sur lesquelles projeter des systèmes d’allumage, de réglage ; un luminaire, un interrupteur, une radio, un thermostat.

Tilt
Play
Tilt (2012)
à propos

Mémoire de fin d’études. 176 pages noir et blanc imprimées sur papier Popset bleuet, galet, ivoire, athlète ou abricot, au choix,
11 x 17 cm. Paris, Ensci.

Au travers de l'analyse d'objets du quotidien, ce mémoire s'efforce, au fil des deux premières parties, de mettre en lumière les relations étroites qu'entretiennent les objets et la pratique du design avec les normes du genre – du masculin et du féminin. La dernière partie porte sur la norme et l'identité de manière plus large et donne son titre au mémoire en paraphrasant celui d'un ouvrage de Judith Butler. Dans celle-ci, il s'agit de cerner de quelle manière le trouble dans le genre peut directement émerger et être entretenu par le design et les objets du quotidien.

Design dans le genre Design dans le genre Design dans le genre Design dans le genre Design dans le genre
Design dans le genre (2015)
à propos

Recueil d’échanges avec Eileen Gray. 144 pages, post-it imprimés, sélection de 20 nuances de bleu, papier de soie ajouré, 16 x 24 cm. Paris, Ensci.

Je contacte Eileen Gray à la fin de l’année 2012. Nous échangeons pendant deux mois. Ensemble nous évoquons ce qui fait la qualité d’un objet, d’une architecture, nous parlons de désindustrialisation, de rythmes de travail, de sa mort et du temps qui passe, de la nécessité de prendre son temps. De la lenteur. Elle me parle de son chat. On échange sur notre rapport au paysage et à l’espace, sur l’importance de la pause, de la tangence et de la surprise.
Ce livre retranscrit nos échanges ; il comporte aussi un chapitre muet en dégradé de bleus et un recueil annoté de ses échanges avec Jean Badovici.

Mail à Eileen Gray Mail à Eileen Gray Mail à Eileen Gray Mail à Eileen Gray Mail à Eileen Gray
Mail à Eileen Gray (2012)
à propos

Mobiles, papier calque coloré, corde à piano, bois et Nylon,
Dimensions variables, Paris, Ensci.

La nuée s’articule selon trois axes principaux. Elle se dessine comme un motif en 3D de sorte que la lisibilité de la forme globale ne soit pas entravée par le mouvement des 200 mouches qui la composent.
La minutie du projet et le grand nombre d'éléments imposent de penser les étapes de fabrication et de montage avec discipline, à grand renfort de petits outils de fortune.

Mouches Mouches Mouches Mouches Mouches Mouches
Mouches (2009)
à propos

Conception et réalisation de la scénographie de l’exposition Diplorama, de novembre 2015 à mars 2016, Paris, Ensci. En collaboration avec Guillaume Jandin, Antoine Pateau et Jean-Simon Roch. Graphisme de Juliette Gelli, Raphaël Pluvinage et Pernelle Poyet.

L’exposition « Diplorama » donne un aperçu de l’ensemble des diplômes soutenus à l’Ensci pendant l’année. Elle a également été présentée à la Villette lors des D'Days, en juin 2016.

Diplorama Diplorama Diplorama Diplorama Diplorama Diplorama
Diplorama (2015)
à propos

Affiches à caractère topographiques pour cerner l’histoire, puis les enjeux actuels et à venir de l’hydroélectricité, 59 x 84 cm. Paris, Ensci / Consortium français de l’hydroélectricité.

Hydro Hydro Hydro Hydro Hydro
Hydro (2012)
à propos